Campagne

Infodrog mène une campagne nationale sur l’hépatite C depuis 2008. Elle s'adresse aussi bien aux professionnels qu'aux usagers de drogue et poursuit les objectifs suivants:

  • Transmettre les dernières connaissances sur l'hépatite C, aux professionnels et aux consommateurs de drogues
  • Améliorer la prévention des risques d'infection par le virus de l'hépatite C
  • Inciter au dépistage systématique du virus de l'hépatite C chez les consommateurs de drogues

Thème principal | GET TESTED

Qui doit se faire dépister?
  • Personnes s’injectant ou s’étant injecté des drogues
  • Personnes sniffant (ou ayant sniffé) ou fumant des drogues
  • Personnes ayant reçu une transfusion sanguine ou une transplantation d’organe avant 1992
  • Personnes ayant reçu des produits sanguins avant 1987 (par exemple hémophiles)
  • Insuffisants rénaux sous hémodialyse (reins artificiels)
  • Les personnes provenant de l’Asie centrale et orientale, de l’Afrique du Nord, des pays de l’Europe de l’Est, de France et d’Italie
  • Partenaires sexuels de personnes infectées par le virus de l’hépatite C
  • Enfants de mères positives au VHC
  • Personnes séropositives pour le VIH
  • Personnel de santé après une exposition accidentelle au sang (blessure par piqûre d’aiguille ou autre blessure due à du matériel contaminé)
  • Patients avec des transaminases élevées à la prise de sang
  • Personnes ayant fait un tatouage ou un piercing dans des conditions non-stériles
  • Travailleurs/euses du sexe
     
Pourquoi se faire dépister?

 
1. Vous pouvez être infecté par le virus même si vous vous sentez bien!

La plupart des personnes infectées ne le savent pas. La phase aiguë de l’hépatite C passe souvent inaperçue (forme asymptomatique). Il peut passer plus de 30 ans avant que des symptômes de l’hépatite C chronique se développent. A ce moment-là, votre foie peut être très sérieusement touché. C’est pourquoi il faut agir et se faire tester le plus rapidement possible et ceci sans attendre l’apparition de symptômes. Il faut ajouter que plus l’infection est détectée à un stade précoce, plus les chances d’amélioration ou de guérison sont grandes.

2. Vous pouvez infecter d’autres personnes!

Si vous êtes porteur du virus de l’hépatite C, vous pouvez transmettre le virus à d’autres personnes (transmission à travers le sang). Afin de prévenir un tel risque, il faut panser les éventuelles blessures précautionneusement et éviter de partager:

  • Rasoirs, coupe-ongles, brosse à dent
  • Matériel d’injection (seringue, aiguilles, filtre, cuillère)
  • Matériel d’inhalation (paille, pipe)
  • Matériel pour faire des tatouages ou des piercings (éviter les tatouages en prison)

Le virus de l’hépatite C ne se transmet pas par les baisers, l’éternuement ou le partage d’ustensiles de cuisine. Même si c’est rare, le virus peut par contre être transmis à travers les relations sexuelles non-protégées.

En savoir plus

3. L’hépatite C peut entraîner une cirrhose du foie ou un cancer du foie

cirrhose du foie et cancer du foie
Source: Martine Monnat (2009)
 

Comment vous faire dépister?

 
Les tests de dosage des Anticorps anti-VHC (sanguins et rapides) sont pris en charge par l’assurance maladie de base.

Tests rapides

Le test salivaire donne un résultat en une vingtaine de minutes. Un  résultat réactif indique que ces personnes ont été infectées à un moment de leur vie. Un deuxième test sous la forme de  prise de sang sera alors nécessaire pour vérifier l’infection soit une rémission spontanée soit  une infection chronique (ce qui arrive la plupart du temps).

Centres qui proposent des tests rapides

Prise de sang chez un médecin

Le dépistage de l'hépatite C s'effectue dans ce cas en pratiquant une sérologie sanguine, c’est-à-dire un test de détection des anticorps anti-VHC. Les résultats parviennent généralement en une semaine.

Résultats du test

  • Un résultat négatif indique que la personne n’a pas l’hépatite C, pour autant que le test ait été fait au plus tôt six moins après la prise de risque.
  • Un résultat positif indique que la personne est porteuse d’anticorps anti-VHC et qu’elle a donc été exposée au virus à un moment donné de sa vie. L’infection peut alors être active ou guérie. Dans le premier cas, le virus circule à l’intérieur du corps et peut se transmettre à d’autres personnes. Dans le deuxième cas, la personne a réussi à éliminer spontanément le virus et guérir l’infection.

Test supplémentaire

Quand le dépistage des anticorps anti-VHC est positif, on recherche alors la présence du virus ou virémie : il s'agit de détecter le matériel génétique du virus, l'ARN (acide ribonucléique) viral. Si cette recherche d'ARN viral est négative à plusieurs reprises, on peut considérer que la personne a spontanément éliminé le virus et est guérie. En revanche, cet examen, s'il est positif, signe la reproduction toujours présente du virus dans le sang et le maintien d'une hépatite chronique après la phase aiguë de la maladie. La virémie est également un moyen de suivre les cas de probable réinfection par le VHC chez les personnes connues pour une hépatite C guérie lors d’une nouvelle prise de risque.

Demander conseil à votre médecin ou adressez-vous à un spécialiste du foi
 

Vous pouvez guérir de l’hépatite C!

 
Il existe maintenant de nouveaux médicaments qui luttent efficacement contre le virus de l’hépatite C (90% de guérison). Les traitements sont plus courts, plus faciles à effectuer et ont des effets secondaires minimes. Ils permettent de guérir complètement,  même des personnes gravement atteintes. En fonction du génotype viral en cause et du niveau de fibrose hépatique, un traitement sans interféron peut  être envisageable avec les nouvelles molécules.

Demander conseil à votre médecin

Vous pouvez éviter un cancer du foie ou une atteinte hépatique!

Se faire dépister et se faire traiter prévient l’apparition d’un cancer du foie ou une atteinte hépatique grave. Votre médecin peut suivre l’évolution de la maladie et vous proposer un traitement avant de trop gros dommages.

Demander conseil à votre médecin.