Prophylaxie post-exposition (PEP)

Sur la place de travail

  • Les professionnels régulièrement à risque d'exposition à du sang contaminé devraient être vaccinés contre l'hépatite B. Ils devraient en outre se soumettre à la titration des anticorps anti-HBs, un examen qui indique si la vaccination est suffisante.
  • L'institution doit pouvoir accéder rapidement à ces données afin d'éviter toute perte de temps au moment de prendre des mesures de prophylaxie post-exposition.
  • Les professionnels qui, à leur poste de travail, entrent en contact avec les consommateurs de drogues par voie intraveineuse, devraient être vaccinés non seulement contre l'hépatite B, mais aussi contre l'hépatite A.
  • La PEP doit intervenir le plus rapidement possible après tout contact avec du sang. A l'heure actuelle, il existe des médicaments efficaces pour prévenir les infections au VIH et l'hépatite B.
  • Pour le VHB et le VHA, des vaccinations actives et passives sont possibles.
  • Il n'existe pas de PEP contre l'hépatite C.

Chaque établissement doit désigner un médecin auquel peut s'annoncer tout employé qui a été exposé à du matériel biologique potentiellement infectieux ou à un risque d'infection particulier (par piqûre d'aiguille, par morsure ou par projection dans les yeux). Dans ce cas, il est parfois indiqué d'entreprendre immédiatement une prophylaxie post-exposition (par ex. vaccination passive et vaccination active ou médicaments).